Les Glucides et les Fibres

Les glucides...qu'est-ce que c'est ?

Ce que l’on appelle glucides, ou parfois hydrates de carbone (carbonhydrates en anglais), se rapporte aux substances constituées de sucres simples.
Selon le type de liaison entre les petites unités (appelées oses : glucose, fructose, mannose), ces sucres peuvent former des molécules plus ou moins complexes, aux propriétés très différentes :
  • Deux sucres simples liés entre eux :sucre4x3.jpg
Le lactose(galactose + glucose) = sucre du lait – teneur variable selon l’espèce de mammifère, de 10 à 80 g/L 
Le saccharose (glucose + fructose) = sucre de table qui est extrait de la canne à sucre ou de la betterave ;
Le maltose (glucose + glucose) = sucre du malt mais aussi sucre intermédiaire au cours de la digestion de l’amidon.
  • De 3 à 14 sucres liés entre eux :
- L’inuline (à ne pas confondre avec l’insuline !) = sucre de réserve que l’on trouve dans le topinambourg ou la racine de chicorée ;
- Les fructo-oligosaccharides (encore appelés FOS, composés de fructoses) que l’on trouve dans le fond d’artichaud. Ils ne sont pas digérés mais ils peuvent être fermentés par les bactéries du tube digestif ;
- Les manno-oligosaccharides (encore appelés MOS, composés de mannoses) présents dans les parois de levures, et qui ne sont pas digérés par le chien ou le chat.

Les sucres ont un pouvoir sucrant variable, exprimé sous la forme suivante (mais attention, chacun a une perception du goût sucré variable) :
Saccharose 100
Fructose 150
Glucose
75
Maltose  
40
Galactose
35
Lactose
20
  • De longues chaînes de plusieurs centaines de sucres (polysaccharides) :
L’amidon(formé d’amylose et d'amylopectine). Il est une des formes les plus répandues de réserve des graines, en particulier des céréales, c'est-à-dire le riz, les pâtes...  mais aussi de tubercules comme les pommes de terre. L'amidon peut être digéré par le chien et le chat, dans certaines conditions, en particulier s'il est bien cuit et ingéré en quantité raisonnable.glucides-cereales-legverts.jpg

La cellulose (glucoses reliés entre eux) qui forme la trame des parois autour des cellules végétales. On la trouve dans les légumes et les fruits.

cellulose.jpg

Pour en savoir plus
Guillaume Calu (2006). Constituants de la paroi cellulaire des Végétaux supérieurs. SpectroSciences.

Le glycogène = sucre de réserve des animaux (on le trouve dans le foie et les muscles) mais c’est un stockage bref, intermédiaire et peu abondant (la forme de mise en réserve de l’énergie est plutôt graisseuse chez les animaux).


Les glucides et le monde animal

Il y a peu de glucides dans le monde animal. La forme la plus fréquente dans l’organisme du chien est le glucose, forme d’énergie indispensable pour le cerveau et certaines autres cellules. Le lactose, le sucre du lait, permet au jeune de récupérer du glucose. Le fructose présent dans le sperme est une source d’énergie pour les spermatozoïdes. Une petite réserve en glucose peut exister dans le foie et les muscles sons forme de glycogène.

Selon la capacité des animaux à digérer la liaison entre deux sucres simples, les glucides sont dits digestibles ou non digestibles.

  • Glucides digestibles :
Un glucide est digestible si l’animal possède l’enzyme correspondante (amylase pour l’amidon, maltase pour le maltose, lactase pour le lactose, saccharase pour le saccharose…).
La digestion casse la liaison entre deux sucres simples, qui sont ensuite absorbés et passent dans le sang.
fleche.jpg Les sucres et l’amidon cuit sont généralement digestibles par le chien et le chat, mais tout est question de quantité.

  • Glucides non digestibles ou fibre alimentaire : 
Ils sont plutôt présents dans les parois végétales (cellulose, hémicelluloses, pectines) et les sécrétions des végétaux (gommes, fructosanes).
Les bactéries sont pourvues d’enzymes capables de couper certaines de ces liaisons, et utilisent ainsi ces sucres par fermentation comme source d’énergie. Il y a des bactéries dans le tube digestif des chiens et des chats, et les glucides qu’elles peuvent attaquer sont dits fermentescibles : il s’agit des pectines, des gommes et des sucres qui n’ont pas été digérés.pommes.jpg


Les glucides non digestibles par le chien et le chat sont :
- Les fibres solubles (pectines, gommes, fructo-oligosaccharides…), qui peuvent pour la plupart être fermentées par les bactéries dans le gros intestin.Courgettes_morceaux.JPG
- Les fibres insolubles (cellulose, hémicelluloses) non fermentescibles, qui se retrouvent tel quel dans les selles.


Faut-il des Glucides dans l'alimentation ?

  • Rôles des glucides...

Les glucides digestibles ne sont pas indispensables, mais ce sont des sources d’énergie pour le chien et le chat, bien utilisés si ils sont apportés en petite quantité (plus petite encore chez le chat que chez le chien), et s'agissant de l'amidon, s'il est bien cuit dans tous les cas (on parle d'une bonne gélatinisation de l'amidon)

Les fibres ne sont pas non plus indispensables (sans fibre dans son alimentation, l'animal ne meurt pas),  mais elles améliorent nettement le confort digestif :
     - en favorisant le transit digestif, en stimulant le renouvellement de la muqueuse digestive et en éliminant les cellules mortes (rôles majeurs des fibres insolubles),
    - en dégageant des acides gras volatils lors de leur fermentation(cas des fibres solubles fermentescibles) : ces acides gras améliorent l’irrigation du côlon et créent un environnement acide limitant le développement de certaines bactéries pathogènes.

  • Pas ou peu de...
- glucides digestibles (Glucose issu de l’alimentation) : peu d’impact chez le chien ou le chat, s'il y a assez de protéines dans le régime. Mais si l'animal n'y est pas habitué, il peut moins bien accepté d'en consommer dans des situations où apporter plus de glucides peut permettre de diminuer les protéines ou les graisses, dans certaines situations pathologiques (insuffisance rénale, pancréatite, insuffisance hépatique).
- fibres : quand il n'y a pas assez de fibres dans l'alimentation, on peut observer constipation, inconfort digestif, alternance constipation et diarrhées...
  • Excès de glucides...
Trop de sucres et/ou d'amidon peut entraîner des diarrhées, car ils peuvent ne pas être totalement digérés.

Beaucoup de Fibres dans l'alimentation peut entraîner :
- une augmentation du volume des selles (et donc nécessiter de sortir le chien ou de changer la litière du chat plus souvent),
- une inappétance de la ration (surtout chez le chat quand la quantité de légume est augmentée brutalement),
- de la diarrhée (dans le cas d'un excès de fibres solubles, amidon ou sucres),
- inflammation du côlon (dans le cas d'un excès de fibres insolubles)
  • Recommandations
- Cellulose brute : de 1 à 15% de cellulose brute par rapport à la matière sèche.
- Fibres : jusqu’à 2% de la matière sèche pour les fibres solubles, de 4 à 25% pour les fibres insolubles.

Quantité de légumes
:
entre 5 et 10 grammes de légume par kg peut être considéré comme un mimimum
.
On peut augmenter beaucoup selon l'appétit (et l'acceptance), selon les légumes (avec des légumineuses on reste dans les valeurs basses, on peut donner de plus grandes quantités de courges) et les situations (moins chez les jeunes en croissance, plus chez les adultes castrés).
Environ 25 grammes de légumes par kg de poids peut être considéré comme une valeur très élevée.

Quantité de Riz/Pâtes :
Selon les cas, la quantité peut être extrêmement variable. Il n'y a pas de réel minimum.
Entre 10 et 25 grammes de riz ou pâtes (cuits) par kg de poids corporel peut être considéré comme une fourchette moyenne pour le chien.
Pour le chat adulte, la fourchette moyenne est entre 5 et 10 grammes par kg de poids optimal.
  • Source
Dans les FRUITS et les LEGUMES, il y a à la fois des fibres solubles et insolubles (haricots verts, carottes…), mais le vert de poireaux par exemple est très riche en fibres insolubles, alors que les fonds d’artichauts, les topinambours ou les lentilles, sont très riches en fibres solubles fermentescibles...
Les légumes apportent le plus souvent des fibres, de l'eau et parfois aussi des protéines (légumineuses comme les lentilles, les pois, le soja...). Le son de blé est très sec, mais très riche en fibre.
Les fruits apportent des fibres, de l'eau et selon les cas plus ou moins de sucre (peu dans la pastèque, beaucoup dans le raisin, le melon et encore plus la banane qui contient aussi de l'amidon).

REMARQUE : dans l’analyse moyenne des aliments industriels, la teneur en « cellulose brute » doit être indiquée mais elle n’est qu’un reflet imparfait de la teneur en fibre insoluble de l’aliment.